luc tartar

1915. Clémence de Pibrac, ancienne artiste de music-hall, s’est retirée à Cormontreuil, dans la Marne, à quelques encablures de la ligne de front. Elle fait la connaissance du soldat Fernand qui lui raconte la mort mystérieuse de son beau-frère, reclus dans une chambre d’hôtel à Wissant, au bord de la Manche. Intriguée par cette histoire qui la replonge dans son propre passé, Clémence profite d’une tournée du théâtre aux armées à laquelle elle participe sur le front du Nord pour se rendre à Wissant et enquêter elle-même sur la mort d’Abel. La vérité qu’elle va découvrir et rapporter au soldat va faire voler en éclats bien des certitudes et des non-dits.

Editions Infimes, sortie le 11 juin 2021.

Présentation au CDN d'Orléans le 10 juin à 18h30.

Eric Cénat et le Théâtre de l'Imprévu me proposent aujourd’hui de travailler sur la rumeur d’Orléans. La proposition me séduit d’emblée, moi qui avais bien sûr entendu parler de ces prétendues disparitions de jeunes filles dans les cabines d’essayage de magasins de vêtements, mais qui ignorais le caractère antisémite de cette rumeur, jetant le discrédit sur les commerçants juifs de la ville. Je ne vais pas écrire une étude sociologique ou politique sur la rumeur d’Orléans, je vais écrire une pièce de théâtre, c’est-à-dire une œuvre de fiction, inspirée certes par des faits réels, mais qui mettra en avant la langue, cet instrument commun pour dire le monde. Ma pièce sera traversée par la poésie, l’humour, l’émotion, tout ce qui prouve que nous restons des êtres libres de ressentir et d’aimer, attachés à ce libre-arbitre qui nous détermine et sans lequel nous ne pourrions pas tenir debout.

Résidence d'écriture à Orléans, juin 2021, puis octobre et novembre 2021.

Cofinancement CICLIC, dans le cadre des résidences d'auteur en région Centre-Val-de-Loire.

Alix : A quoi tu penses ?

Agir : A l’inaccessible… Et toi ?

Alix : Je pense à tout ce qu’on va faire demain. Je pense au monde qu’on va construire. Aux choses qui vont changer. Je pense à l’avenir. Aux combats à mener. Aux montagnes à soulever. Aux victoires qui sont à portée de main. Je pense à l’amour plus fort que tout. Aux enfants qu’on va élever. Je pense à nos jours de bonheur. A tes gestes de tendresse. A ton sourire qui ne me quittera pas. Je pense que tu vas te relever – maintenant – parce que je t’invite à danser. Dans cette salle des pas perdus où nous sommes de passage. Agir regarde-moi. Est-ce que tu vois cette promesse de bonheur dans mes yeux ?

 

Mon Orient-Express, extrait.

Texte écrit en "résidence virtuelle" et en lien avec neuf classes de collèges et de lycées.

Future création Agnès Renaud, compagnie l'esprit de la Forge

 

Lien vers la plateforme : 

http://ccnmoe.opendigitaleducation.com/ 

 
brèves

Ayam, bande annonce  mise en scène de Cécile Tournesol, automne 2021.