luc tartar
Mutin ! (2014)
mise en scène : Gil Bourasseau
mise à jour:

Affiche de Mutin !Création le 6 février 2014 à Avion, par la Compagnie L'art mobile, dans une mise en scène de Gil Bourasseau. Avec Cécile Tournesol, Jenny Rombai, Eric Chantelauze, Hugo Eymard, David Mallet. Assistanat Isabel de Francesco, Vidéo, Son et Régie générale, Fred Bures, Lumières Patrice Lecadre, Costumes Elisabeth de Sauverzac, Construction Nil Admirari, Administrateur Didier Masse. Production L'art mobile, Culture Commune Scène Nationale du Bassin Minier du Pas-de-Calais, avec la participation artistique du Jeune Théâtre National.

Teaser Mutin !

+ Extrait vidéo sur Caspevi.com

 

Le texte (cf. pièces)


Le point de vue du metteur en scène :

La pièce de Luc Tartar prend par la main le public pour le plonger dans un temps suspendu suintant l’absurdité des hécatombes, la peur mais aussi l’éclatant besoin de vie. Elle parle d’amour, de fraternité, de mémoire, de secret, de morts qui se causent du fond de leurs catacombes et qui, de temps en temps, sont expulsés à la
surface. Elle nous aspire vers le passé, dans une spirale vertigineuse. Ici, c’est la mémoire qui compte, qui gouverne les émotions traumatiques du récit, qui le fait avancer.
Gil Bourasseau


La presse :

L'amour, la fraternité, mais aussi la peur, la douleur, le désir de vie s'imbriquent dans une mise en scène conjuguant le jeu puissant des comédiens de l'Art Mobile avec l'utilisation des masques, de la vidéo et du son.
Les comédiens sont bouleversants par leur justesse et leur sobriété. Leur authenticité sert un texte de Luc Tartar, fort, direct et poignant.
Christine Reynier, La Provence

La revue de presse (.pdf)
 

diaporama
brèves

Jusqu'au bout (Lansman Editeur) est sélectionnée pour la prochaine édition du dispositif Text' Enjeux. Au cours de l'année scolaire 2022/2023, la pièce sera lue et analysée par les collégiens, lycéens et étudiants d'une vingtaine d'établissements scolaires de l'Academie d'Amiens.

> lire

Clémence, prix Inner Wheel 2022 !

Un article critique de Julien Avril sur IO Gazette

> lire