www.luc-tartar.net

Quelques définitions :

Bombe : À la base, instrument de guerre explosif. On dit d'une personne que c'est une bombe quand sa beauté nous explose au visage. La seule différence c'est qu'avec ce genre de bombe, on préfère ne pas faire la guerre.
Aurélie.

Bonne : Terme vulgaire employé par les mecs en manque pour dire qu'ils trouvent une fille mignonne et bien foutue. Généralement, la seule chose qu'ils veulent, c'est tirer leur coup et basta. Ils utilisent ce mot pour se la jouer (se la jouer : action de faire le beau, se montrer, s'exhiber avec beaucoup de narcissisme, tel le paon qui fait la roue).
Charlotte

Chanmax : Vient du mot «chanmé» du verlan «méchant». Employé pour parler de quelque chose de bien, qui crache un max, qui arrache un max et qui arrive presque à tuer tellement c'est bien. Chanmax, c'est quand on a des sensations fortes. G rencontré 1 putain 2 bôgoss. Com il m'a regardée! J'te jure c là que j'ai senti q j'mais qqn! 1 truc chanmax ! Laisse tomB! Franchement g kiffé, 1 truc 2 malade. Mais chanmé le keum, j'en reviens pas!
Mounia

Flash : Coup de foudre entre deux personnes qui arrive à un moment inattendu et qui provoque une agitation dans le coeur et dans le cerveau. On a les mains moites, on transpire, on a la chair de poule. Quand je t'ai rencontrée à Darty avec tes Adidas, j'ai tout de suite flashé sur toi mon amour. J'ai pris une gamelle tellement t'étais belle. J'ai eu des frissons, que j'avais l'air d'un con!
Andjibou et Florian

Seul : On n'a pas d'ami, on n'a pas d'ennemi, on n'a pas de famille, on n'a pas de frère, on n'a pas de soeur, on n'a pas de parents, on n'a pas de chien, on n'a pas de chat, on n'a pas de poisson, on n'a pas d'oiseau, on a juste les larmes qu'on verse.
David

Te nem : façon détournée de dire je t'aime.
Aurélie

Avec Andjibou
Avec Andjibou...
© Magali D.

+  ATELIERS & RÉSIDENCES
UNE RÉSIDENCE À CLERMONT-FERRAND, PRINTEMPS 2004 — Le chemin de la liberté — du vécu à lÂ’imaginaire

Un atelier d’écriture avec des adolescents
(article paru dans « Art et thérapie » n°90/91, mai 2005 )

Une résidence à Clermont-Ferrand :
 
Printemps 2004. J’anime à Clermont-Ferrand des ateliers d’écriture sur le thème du langage amoureux chez les adolescents. Cette résidence se fait en liaison étroite avec le travail mené par Jean-Claude Gal et le Théâtre du Pélican et je bénéficie d’une bourse du CNL.

L’objectif est de travailler avec les adolescents sur le sentiment amoureux, de réfléchir avec eux à l’apparition d’un nouveau langage amoureux, ludique, inventif, qui s’appuierait notamment sur les technologies d’aujourd’hui (SMS, Internet), puis d’établir un dictionnaire tout à la fois sensible, pétillant et imagé.

Six groupes d’ados :
J’interviens dans six groupes d’adolescents : deux groupes issus de lycées privés, un groupe de jeunes malentendants, une classe de SEGPA (Section d’Enseignement Général et Professionnel Adapté) et deux groupes de jeunes des quartiers, un groupe de garçons et un groupe de filles.

D’emblée, je perçois l’intérêt de travailler avec des groupes aussi différents, aux identités sociales et culturelles particulièrement fortes.

Au cours des séances, nous rencontrons les habituelles difficultés (lacunes, inhibitions…) et nous tentons de les surmonter. Il m’apparaît essentiel de dépasser la peur de l’échec pour mieux appréhender ce qui me semble être le cœur du projet : ce que ces adolescents ont à dire sur le sentiment amoureux, comment ils en parlent, comment ils l’écrivent.

Je découvre alors un autre écueil : les facilités et les lieux communs derrière lesquels ils se retranchent pour ne pas dévoiler leur part d’ombre, leurs secrets ou leur intimité.

Un carcan existentiel :
Pourtant, ce qui me saute au visage, et dès le début des séances, c’est la fragilité de ces adolescents.

Leur décontraction apparente, mélange de distance, de désinvolture, voire de désintérêt, n’est que façade. Façade aussi ces rêves de bon ton et ces amours de pacotille qu’ils mettent en avant pour parler d’avenir. Ce côté fleur bleue chez les filles (l’amour de toute une vie, l’homme idéal…) se décline chez les garçons dans une conscience aiguë de leur rôle et de leurs responsabilités (le respect des valeurs, les règles, la transmission…) C’est comme si filles et garçons avaient intégré, sans enthousiasme, ce que la société attendait d’eux et les rôles qui leur incombaient.

Ainsi, certains textes écrits dans l’atelier sont normatifs, peu imaginatifs, mais paradoxalement chargés en émotion : derrière la banalité des propos se cachent un mal être et une violence qui échappent souvent à leurs auteurs.

De même, au cours des échanges autour des textes, il me semble parfois voir des adolescents étriqués, enfermés dans un carcan existentiel qui s’est construit jour après jour et dans lequel s’accumulent l’éducation qu’ils ont reçue, les principes moraux, les interdits culturels et religieux, tout cela mélangé avec leurs propres doutes, leurs élans et leurs contradictions.

Créer du sens et de la poésie :
Il s’agit donc de briser la carapace et pour cela j’essaie d’instaurer avec les adolescents une relation de confiance. Pas à pas, par le biais de jeux d’écriture dont le but est aussi de lever les réticences, les adolescents comprennent la différence entre réalité et imaginaire et découvrent que s’inspirer du vécu permet de le dépasser. Dès lors, il leur est possible de prendre du recul sur eux-mêmes et de jeter sur le papier fragilités, révoltes, doutes, peurs, espoirs et rêves…

Mettre en mots son histoire et ses émotions, trouver en quoi celles-ci sont uniques et finalement partagées par d’autres, c’est travailler sa langue et son imaginaire, puis les communiquer, c’est à dire faire acte de création. Créer, n’est-ce pas rêver à voix haute et se faire entendre, faire et défaire le monde, lui redonner du sens et de la poésie ?

Ainsi, au terme d’un atelier d’écriture qui est avant tout une approche et une sensibilisation à l’univers des mots, j’ai la sensation que la plupart de ces adolescents ont accédé peu ou prou à leur imaginaire, jetant un regard neuf sur le monde qui les entoure, ce qui est une façon de faire un pas sur le chemin de la liberté.

 
@ contact |  © mentions légales
 |